L’EN3S et les dirigeants des Caf vont à la rencontre des étudiants sur My Job Glasses

L’EN3S et la Cnaf se sont lancées dans l’expérience My Job Glasses en 2018. Cette plateforme propose de mettre en relation des professionnels d’univers variés avec des étudiants. Plusieurs anciens élèves, actuellement agents de direction au sein de la branche famille, ont accepté de rejoindre le dispositif.
Rencontre avec Jérôme Lepage, sous-directeur prestations à la Caf du Rhône et Anne-Hélène Ruff, directrice de la Caf de la Corrèze qui témoignent de leur expérience en tant qu’ambassadeurs de la Sécurité sociale sur la plateforme.

Pourquoi avez-vous accepté de participer à ce dispositif de promotion des métiers de dirigeants de la Sécurité sociale ?

Jérôme Lepage : Je suis convaincu que nous devons utiliser de nouveaux canaux pour aller chercher nos étudiants, futurs dirigeants de la Sécurité sociale, et ouvrir notre institution à des profils plus diversifiés. J’ai accepté d’autant plus volontiers qu’étant moi-même tombé par hasard dans la Sécurité sociale grâce à une intervention sur mon lieu de formation, j’avais envie de susciter moi aussi l’envie d’intégrer notre univers.

 

Anne-Hélène Ruff : Parce que je sais par expérience que nos métiers ne sont pas assez connus et valorisés ! Moi-même je n’ai découvert le concours que l’année juste avant de le passer, en prépa où j’étais initialement entrée pour préparer le concours de directeur d’hôpital. C’est par l’intermédiaire des enseignants en protection sociale, anciens élèves de l’EN3S, que j’ai découvert la filière «manager Sécurité sociale » et que j’ai fait évoluer mes aspirations.

 

Quel intérêt trouvez-vous dans la plateforme « My Job Glasses » et dans ce mode de partage d’expérience et de témoignage ?

J.L : Le numérique offre cette opportunité avec cette application qui fonctionne comme un réseau social. Je peux parler de nos postes, du cursus de formation à des étudiants sur toute la France sans me déplacer avec une disponibilité que je gère en autonomie.

Ce que j’ai trouvé extrêmement intéressant est de toucher un public nouveau, des écoles de commerce notamment, avec des profils qui se posent des questions sur le sens (valeurs) qu’il pourraient donner à leur carrière. Je ne sais pas si je les ai convaincu mais je les ai touché et ai pu vendre l’Ecole et la richesse de nos métiers !

A-H.R : Le principal intérêt réside dans le fait que ce sont les étudiants avec lesquels on échange qui ont fait le premier pas. Alors même que souvent leur cursus de formation ne les prédestine pas du tout à exercer nos métiers, ils s’y sont pourtant intéressés et, en général, cet intérêt se confirme et se renforce après nos échanges. De plus, l’outil nous permet de choisir conjointement le moment qui nous convient le mieux pour positionner le Rdv. Cette souplesse nous permet de conjuguer cette mobilisation à nos contraintes professionnelles.

La promotion du service public de Sécurité sociale est un enjeu fort pour les dirigeants de notre institution. Il fait même partie du travail de rénovation des missions des agents de direction. Selon vous, pourquoi est-il important d’intégrer ce volet dans l’ADN des missions dirigeantes ? Comment le porter chacun à son niveau ?

J.L : On se dit tous les jours qu’on a du mal à intéresser des profils nouveaux, … ce ne peut pas être uniquement l’Ucanss, les Caisses nationales ou les RH locales qui doivent porter ces préoccupations au final. Chaque agent de direction doit pouvoir parler de nos métiers qui ne sont suffisamment connus ou valorisés, ne serait-ce que la richesse de nos carrières et la capacité d’évolution en interne qui ne sont pas des mythes contrairement à beaucoup d’entreprises. Il faut que les équipes de direction soient capables de porter un discours attractif sur nos métiers : chacun devrait s’engager à assurer une action de promotion de nos fonctions sans être forcément des RH.

A-H.R : C’est assez naturel et facile pour moi de faire la promotion de mon métier car je l’exerce avec beaucoup de plaisir tous les jours ! J’ai la chance de travailler dans une institution qui me fait confiance depuis le début, qui me donne des responsabilités et me procure un bon niveau de salaire tout en étant en cohérence avec mes valeurs et en me permettant de conserver du temps, le week-end, pour ma vie familiale. Il me semble que nous devrions tous penser à le valoriser davantage au quotidien dans nos cercles personnels et professionnels mais aussi en participant à des manifestations auprès des étudiants qu’elles soient classiques (forums, conférences…) ou plus modernes comme MyjobGlasses.

Selon vous, pourquoi les candidats aux concours EN3S ont tout intérêt à entrer en contact avec vous par le biais de cette plateforme ? Qu’est-ce que cela peut leur apporter ?

JL : Je n’ai rien à vendre mais tout à offrir lors d’un échange décontracté sur la réalité de mon métier, les différents postes et parcours qu’on peut faire après l’EN3S ou au sein de la Sécu. Je leur parle à chaque de notre site la sécurecrute.fr pour qu’ils se fassent une idée de la richesse des postes proposés. Je suis aussi là pour les éclairer sur le management, sur un projet de carrière ou toute question qu’ils se posent à un moment de leurs études… C’est donc à leur main pour se convaincre qu’une carrière de dirigeant à la Sécurité sociale se tente et rapporte.

A-H.R : Parce que ça leur donne une vision concrète du métier auquel ils aspirent, son quotidien et ses enjeux. C’est très important pour leur permettre d’être sûrs qu’ils ont choisi la bonne voie. Accessoirement, ça leur permettra aussi de mieux préparer leurs épreuves, surtout les épreuves orales, en se projetant dans les différents postes et responsabilités qu’ils pourront être amenés à exercer et donc en ayant une vision plus solide de leurs perspectives d’avenir à présenter au jury.

 

Pour découvrir les profils des ambassadeurs de la Sécurité sociale et entrer en contact avec vous, rendez-vous sur My Job Glasses