9 novembre 2020

Grands dossiers de la protection sociale : un format numérique à la rencontre de nouveaux publics

 

GDPS 2020

Depuis un quart de siècle, les Grands dossiers de la protection sociale réunissent en séminaire les experts et les acteurs de la protection sociale. Cette année, l’édition a été marquée, sur le fond et sur la forme, par la crise sanitaire. C’est une série de webinaires gratuits qui a été proposée pour établir et partager un premier bilan des conséquences de cette crise sans précédent, et esquisser des perspectives pour préparer notre modèle social de demain.

Dominique Libault, directeur général de l’EN3S, revient sur la réflexion qui a guidé l’EN3S dans la construction de ce nouveau format.

L’EN3S a opté pour un format webinaires des Grands dossiers de la protection sociale dès le printemps. Pourquoi avoir fait ce choix de la dématérialisation ?

Dès le début de la crise sanitaire, l’EN3S a souhaité développer des webinaires pour continuer, malgré la crise, son action de formation et de contribution à la réflexion de la protection sociale. Ces webinaires s’adressaient à nos publics traditionnels, mais ce format a aussi permis de toucher de nouveaux publics. Lorsque nous avons réfléchi, avec Gilles Nezosi et son équipe, à l’édition 2020 des Grands dossiers de la protection sociale, il nous a paru plus prudent, en raison des aléas de la crise sanitaire, mais aussi intéressant de construire les grands dossiers sous forme de webinaires. L’enjeu a été de rester fidèle à l’esprit des Grands dossiers tout en trouvant un format qui convienne à ces webinaires parce qu’ils nécessitent une forme un peu différente des formes traditionnelles en présentiel.

Comment l’École a-t-elle fait face à l’organisation d’un événementiel totalement numérique ?

L’École a pu compter, et j’en suis très heureux, sur la mobilisation de l’ensemble de ses équipes, à la fois du côté formation et du côté informatique. Elles ont su prendre en charge la transformation de l’offre de formation et réussi à proposer très rapidement ces formations en numérique. Cette réussite est due au personnel de l’École qui a été extraordinairement présent et qui a démontré une grande capacité à coopérer et établir des synergies entre des équipes d’un très grand professionnalisme. Celui-ci a été souligné par l’ensemble des intervenants et des participants à ce webinaire.

Quel bilan dressez-vous cette expérience ? Cette expérience conforte-t-elle l’École dans la diversification des modalités en matière de formation et d’événementiel ?

Cette conversion ne nous empêche pas de penser que la formation en présentiel a d’incontestables atouts pour un certain nombre de formations pour lesquelles les échanges entre auditeurs et interactions avec l’enseignant sont extrêmement importants. Donc nous n’abandonnerons pas les formations en présentiel, nous pensons qu’elles doivent rester un élément structurant du catalogue de l’École. Pour autant, oui, les webinaires et les classes virtuelles vont devenir un élément permanent des propositions de l’École, car ils répondent à des besoins et nous permettent de toucher des publics plus larges. Prenons l’exemple des GDPS, ce sont plus de 1200 personnes qui se sont connectées et donc ont pu bénéficier de tout ou partie des Grands dossiers de la protection sociale avec un taux de satisfaction très élevé. Dans les moments de transformations considérables que nous traversons, chacun s’interroge et peut avoir besoin de repères sur nos politiques de protection sociale. Ces formats permettent d’alimenter la réflexion, nous allons donc les faire vivre dans la durée. Ainsi, l’École propose en cette fin d’année deux sessions du cycle Actualité de la Protection Sociale en distanciel afin de nourrir les débats sur deux questions au cœur de la crise : Quelles innovations positives dans la sphère de la protection sociale après la crise sanitaire ? et De la crise des urgences à la crise sanitaire, l’hôpital en mutation.

 

Accéder aux replays des Grands dossiers de la protection sociale