Contexte et présentation du projet de recherche

Le passage par les services d’accueil d’urgence (SAU) peut être déstabilisant pour les personnes âgées et peut générer de nombreuses complications et, de manière très fréquente, une perte d’autonomie pour les activités de la vie quotidienne.

Des auteurs ont souligné que, dans 20 à 35 % des cas, ces passages aux urgences étaient inappropriés : une prise en charge ambulatoire aurait été possible à condition d’avoir un avis gériatrique (éventuellement par téléphone) ou une hospitalisation directe dans un service de gériatrie aurait pu être organisée en raison du degré de gravité de l’urgence peu important ; enfin, près d’un quart des hospitalisations aurait pu être anticipé. L’ensemble de ces données met en évidence la nécessité d’une meilleure coordination entre la médecine communautaire et l’hôpital, afin de permettre un accès aux soins plus approprié à la personne âgée.

L’objectif général de cette étude est de savoir si le parcours faisant appel à la hotline améliore la prise en charge et la coordination du parcours de soins des personnes âgées fragiles. Plus précisément, il s’agit de savoir si ce dispositif améliore l’état de santé de cette population. L’efficience du modèle économique est également étudiée.

Plus spécifiquement, l’étude doit :

  • Décrire le profil des médecins généralistes utilisant la hotline ;
  • Décrire les caractéristiques des appels ;
  • Décrire le parcours des personnes âgées concernées ;
  • Savoir si la Hotline diminue le nombre de passage par les urgences des personnes de 75 ans et plus ;
  • Savoir si une coordination existe entre Hotline et équipe mobile de gériatrie ;
  • Etudier la satisfaction des utilisateurs hors hôpital par l’intermédiaire d’une étude qualitative ;
  • Etudier l’impact médico-économique d’un tel dispositif.

Cette étude est menée par le Cetaf, elle est financée par l’EN3S et la Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie (CFPPA) de la Loire.

 

Candidater

Date limite de candidatureLes candidatures à cet appel à projet de recherche sont closes

Contacts : Pauline Garé (01 45 66 36 48)