Retour sur la première année du Master 2 Droit Social

Fruit d’un partenariat unique entre l’Ucanss, l’Université de Versailles et l’EN3S, le Master Droit Social parcours Manager stratégique des organismes de protection sociale a accueilli sa première promotion de 2017 à 2018.

La cérémonie de remise de diplôme de cette première promotion a eu lieu le 10 octobre en présence de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et de l’Ucanss. Plus de 70 personnes étaient présentes pour féliciter les 19 lauréats.
Cette cérémonie a été précédée d’une rencontre inter-promo conviviale avec la deuxième promotion, dernier passage de relais des anciens aux futurs diplômés.

Découvrez le retour d’expérience d’Anne Chaumonts, responsable de la Direction des Prestations à la Cpam des Côtes d’Armor et élève dans cette première promotion. 

1- Vous avez suivi le Master 2 Droit Social, parcours Manager stratégique des organismes de protection sociale, dans quel contexte vous êtes-vous inscrite à cette formation ?

Anne Chaumonts : Il s’agissait en fait d’un heureux concours de circonstances. J’étais manager à la Cpam des Côtes d’Armor depuis 14 ans, sur une fonction de manager stratégique depuis 2 ans. Ma formation initiale en management commençait à dater et je recherchais un nouvel élan professionnel. J’avais commencé à m’intéresser à de nouvelles formations en management, pas nécessairement institutionnelles. Lorsque Danielle Lau, alors directrice de la Cpam des Côtes d’Armor et membre du CARHAM m’a proposé de candidater pour intégrer le Master Droit Social, parcours Manager stratégique des organismes de protection sociale, j’ai sauté sur l’occasion qui m’était faite. 

2- Quels sont, selon vous, les point-forts de ce Master ?

AC : J’en vois trois principaux. D’abord, la nature même du master, partagé entre enseignements proposés par l’EN3S et l’Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines, en font une formation à la fois en phase avec nos préoccupations, ouverte sur l’extérieur mais aussi très en prise avec les actualités. Je pense par exemple au décryptage des Ordonnances Macron qui était alors un sujet d’actualité important du début d’année 2018.

La qualité des enseignements est également un point fort avec des formateurs aux méthodes pédagogiques très différentes, parfois même originales. Le coaching est également un véritable plus qui m’a réellement permis d’évoluer dans ma posture managériale.

Enfin, le format de l’alternance. Elle nécessite bien-sûr de jongler entre formation et vie familiale et professionnelle. Mais le fait de se retrouver pendant une semaine complète en résidentiel, centrés uniquement sur la formation a permis de créer un véritable esprit de groupe et aide à la prise de recul vis-à-vis du quotidien.

3- Vous êtes aujourd’hui diplômée, en quoi le Master change-t-il quelque chose dans votre quotidien professionnel, avez-vous des projets d’évolution ?

AC : Au cours de la formation et puis plus récemment mes missions ont évolué au sein de la CPAM. J’ai aujourd’hui la responsabilité de l’ensemble des services prestations à la Cpam des Côtes d’Armor.

Plus que jamais aujourd’hui je profite des apports de la formation et d’un certain nombre d’outils de management. Cette formation m’a apporté une meilleure compréhension de mon environnement et des enjeux actuels de la Sécurité sociale pour développer une vision stratégique en phase avec les grandes orientations et objectifs de la branche.

D’une manière générale, le Master m’a permis d’évoluer dans la perception que je pouvais avoir de mon rôle de manager stratégique. J’ai pu ainsi revoir mon positionnement et me sens plus armée pour accompagner les équipes et managers, notamment dans la recherche de performance et dans l’évolution des métiers au sein des services prestations…

4- Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui souhaitent s’inscrire en formation ?

AC : Le premier conseil serait de profiter au maximum de ces semaines de formation en résidentiel pour prendre de la distance par rapport au quotidien. L’idéal étant, mais ce n’est pas toujours simple, d’essayer de se libérer de ses autres obligations et d’oublier sa messagerie pendant quelques jours.

Ensuite, je crois qu’il est important d’aborder la formation avec un esprit ouvert et ne pas avoir peur de se remettre en question sur ses propres pratiques. Le coaching y aide d’ailleurs largement.

Le dernier conseil qui concerne plus directement les épreuves du Master serait de rendre ses lectures « actives ». L’idéal est de prendre le maximum de notes structurées autour du plan du mémoire. Ce petit conseil facilite énormément ensuite les travaux de rédaction.

5- Une dernière question, quel est votre meilleur souvenir de formation ?

AC : Des bons souvenirs il y en a beaucoup, que ce soit en formation ou dans la vie du groupe.

J’ai particulièrement aimé le module consacré aux pratiques managériales et le management dans la complexité qui a permis d’aborder un certain nombre d’idées reçues sur le sujet et sur certains phénomènes de mode managériaux. L’animation était dynamique et originale tout en bousculant joyeusement nos a priori.

 

 

Découvrez également le retour d’expériance de Catherine Pelletier, Directrice Cpam de la Haute-Vienne et qui a fait le choix d’inscrire deux collaborateurs à ce Master.

1- Vous avez inscrits 2 collaborateurs de votre organisme en Master Manager Stratégiques, c’est un investissement important, qu’est-ce qui vous a décidé à l’opérer ?

Catherine Pelletier : La Cpam de la Haute-Vienne est engagée dans un schéma de transformations exigeant : renforcement de la performance, de l’efficience et de la transversalité, stratégie numérique et rénovation des pratiques managériales.

Le développement des compétences et la professionnalisation des collaborateurs sont une condition de réussite de ces transformations. Et ils deviennent un levier puissant lorsque des managers stratégiques qui avaient exprimé des besoins de renforcement de leurs compétences sont prêts à s’investir dans un parcours de formation très impliquant.

Dans ce contexte, alors que j’étais disposée à inscrire une seule stagiaire, j’ai finalement décidé d’ouvrir la formation à deux collaboratrices ce qui, il est vrai, a représenté un investissement important pour la Cpam.

2- Comment les choses se sont-elles organisées au sein de la caisse ?

CP : Pas d’organisation spécifique à la Cpam pendant la durée de la formation, parce que nos deux stagiaires ont fait preuve d’une mobilisation particulièrement soutenue et d’un investissement personnel digne d’une préparation aux meilleurs concours, et aussi parce que j’ai accepté le report à quelques mois de certains projets.

Respectivement responsable ressources et responsable prestations, elles ont fait en sorte que le fonctionnement de leurs services et donc de la caisse soit le moins possible impacté par leurs absences et leurs travaux inter sessions.

Nous avons suivi leur aventure en CODIREL, aventure qu’elles ont également partagée avec leurs équipes proches et avec leurs responsables hiérarchiques directs, lesquels ont par ailleurs joué le rôle de tuteur pour la réalisation du mémoire.

Et, sans que ce soit une nouvelle soutenance, nos deux nouvelles diplômées ont présenté leurs mémoires à leurs collègues du CODIREL.

3- Quelles étaient vos attentes vis-à-vis de la formation, sont-elles satisfaites ?

CP : Mes attentes principales ont été satisfaites : une évolution de la posture, une réflexion différente, plus profonde sur les sujets à gérer, un gain en confiance en soi, un bon outillage méthodologique et des références documentaires.

Alors que je n’en avais pas fait une attente, j’ai vu mes deux collaboratrices construire une relation plus étroite, je les ai vues partager, échanger et se soutenir. Et cette complicité nouvelle a été communicative au sein du CODIREL.

4- Aujourd’hui, recommanderiez-vous cette formation, et pourquoi ?

CP : La qualité de cette formation mérite d’être soulignée, même si son contenu peut être amélioré, notamment dans la perspective d’une plus grande adaptation aux réalités institutionnelles. La diversité des apports doit également être notée, allant des fondamentaux du droit du travail au coaching individuel.

Le format lui aussi est intéressant : comme toute formation en résidentiel et qui s’inscrit dans la durée, le master permet aux stagiaires de développer des relations privilégiées et chacun en ressort avec un réseau renforcé et des possibilités d’échanges entre pairs.

En synthèse je recommande cette formation, en insistant sur l’indispensable motivation du manager et de son directeur.

 

 

> Pour plus d’informations pratiques sur le master cliquez ici