23 avril 2021

Anne Bastien (43e promotion) : Mon parcours pour devenir directrice

 

Anne Bastien est ancienne élève de la 43ème promotion de la formation « Dirigeant d’un organisme de protection sociale ». Elle revient pour nous sur son parcours professionnel dans l’Institution depuis sa sortie de l’EN3S pour devenir directrice.

Vous êtes sortie diplômée de l’EN3S en 2005 (43e promotion) et vous êtes actuellement directrice de la Caf du Morbihan. Si vous faisiez un rapide retour en arrière sur votre carrière depuis votre prise de poste, quels ont été les moments forts ? Comment pourriez-vous résumer en quelques mots ces 10 dernières années ?

Je crois pouvoir dire que les différentes expériences, dans différents contextes, ont été très formatrices d’un point de vue métier mais surtout en termes d’appréhension « émotionnelle » des situations. Mettre en place des réformes d’importance pour nos concitoyens, faire évoluer des organisations, ou bien encore voir des collaborateurs s’épanouir dans leurs fonctions sont des missions très gratifiantes.

Je me souviens par exemple à ma sortie de l’EN3S en 2005, avoir contribué à la mise en place de la réforme de l’Assurance maladie et à la création à l’époque d’un nouveau métier, celui des DAM (délégués de l’Assurance maladie) ; aujourd’hui cette branche est très au cœur de l’actualité et les équipes sont au rendez-vous pour soutenir les assurés et les professionnels de santé en cette période de pandémie.

Actuellement, dans la branche Famille, nous travaillons à la refonte du modèle de versement des prestations sociales, en commençant par les allocations logement. Ce type de réforme aura un impact essentiel sur l’accès aux droits des bénéficiaires dans les années à venir, avec une volonté forte de simplifier les démarches.

Bien sûr, il y a des épisodes stressants ; j’ai en mémoire une manifestation agitée de 250 personnes refusant la sortie de gestion directe d’un centre social que gérait la Caf que je dirigeais et soutenues par des médias pas tout à fait neutres. Forcément ce sont des moments où il vaut mieux avoir les nerfs solides et rester fidèle à la stratégie posée.

Entrée à l’EN3S à un échelon relativement bas de l’encadrement (niveau 6), je suis sortie en 2005 sur un poste de manager stratégique, et 2 ans après je passais dans la catégorie des agents de direction (sous- directeur en charge de la gestion du risque) pour devenir directeur adjoint en 2011 et être nommée pour la première fois directeur en 2017. Ce parcours s’est donc réalisé dans 4 organismes et 3 branches différents.

Ce que je retiens d’essentiel : c’est faire confiance qui compte. Que ce soit avec les partenaires et surtout avec les équipes. Cela suppose préalablement d’avoir posé les orientations et les « règles du jeu », pour ensuite laisser place à l’initiative. En posant un environnement serein d’un point de vue managérial, les personnes sont « libérées » pour se consacrer pleinement à leurs missions. Reste ensuite à donner le tempo pour faire avancer les projets !

Vous avez occupé des postes au sein notamment de la Cnaf, d’une Cpam et du groupe Berri. Pensez-vous que la diversité des métiers et parcours offerts aux élèves de l’EN3S est une force ? En quoi selon vous, c’est une richesse pour la construction des parcours professionnels des anciens élèves de l’Ecole ?

La mobilité renforce selon moi la capacité d’adaptation et permet d’être confronté à une variété de situations, ce qui encore une fois est très formateur. Ce qui est très intéressant également c’est la possibilité de transposer des pratiques d’une situation à une autre, en les adaptant bien sûr à chaque contexte. Selon leur actualité, les différentes branches sont plus ou moins en avance sur tel ou tel sujet (la numérisation des documents par exemple, ou la relation de service …). Passer d’un organisme à un autre peut permettre une forme de benchmarking inter-branches.

Selon son degré de mobilité, fonctionnelle et géographique, cela peut également permettre de « booster » une carrière. Passer par exemple de la production à la gestion des ressources humaines ou la maîtrise des risques permet de mieux appréhender tous les processus de travail et de pratiquer différentes formes de management, soit avec des équipes nombreuses soit avec quelques experts dans des services plus restreints.

Le passage par une mission ou une caisse nationale est aussi très intéressant pour mieux connaître les processus de décision et mieux appréhender la dimension « réseau ».

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre la direction de la Caf du Morbihan en 2021 ? Quelles sont vos activités et missions ?

Je dirigeais depuis 4 ans un organisme un peu plus petit, et la tentation a été forte de rejoindre cette Caf dont la réputation est très bonne.

Bien sûr j’aurais pu continuer mon activité là où j’étais, mais l’idée de me plonger dans de nouveaux défis était séduisante.

D’un organisme quasiment centré sur un seul site, je passe aujourd’hui à une gestion multi-sites, avec 3 fois plus de salariés et dans un contexte de prise de fonctions très particulier lié à la crise sanitaire. Je découvre donc un nouveau collectif de travail qui est aujourd’hui assez « chahuté » et mon implication va être particulièrement forte pour adapter l’organisme au nouveau contexte, avec l’explosion du télétravail et dans le même temps des réformes d’importance à mettre en œuvre au service des allocataires telles que la réforme du calcul des allocations logement, ou l’intermédiation financière entre parents séparés.

Il y a donc de beaux défis organisationnels et partenariaux à relever.

Quelle réponse aux candidats qui se posent la question sur la réalité de la diversité des métiers offerts à la Sécurité sociale ?

Cette diversité est réelle pour peu qu’on la recherche et qu’on la provoque. Cela nécessite de cultiver l’esprit d’ouverture et la mobilité géographique et fonctionnelle.

J’ai pu changer de branche tout en restant dans un même bâtiment dans lequel se trouvaient 2 caisses en union immobilière. Mais ce n’est pas toujours aussi simple et il y a souvent des impacts sur la vie familiale.

J’ai pris aussi le risque de rejoindre un organisme à la frontière de la Sécurité sociale, une caisse de retraite pour professions libérales à Paris. Cela a été très instructif, notamment avant les annonces gouvernementales en matière de réforme des retraites. Le risque était en fait mesuré, puisqu’il s’agissait d’un détachement et que j’ai pu poursuivre mon parcours de retour en branche Famille.

Dans ma fonction actuelle de directrice, je peux aujourd’hui m’appuyer sur toutes les expériences précédentes, dans le domaine des ressources humaines, de la gestion du risque en assurance maladie, de la gestion de projet, des politiques sociales et familiales (…) pour avoir une posture plus stratégique et capitaliser sur mes échecs et réussites passées. Il y a des compétences clés qui servent dans différentes fonctions ; l’écoute, la curiosité, le courage et l’engagement, la capacité à poser une orientation pour un collectif de travail …

Sa bio

Parcours universitaire :
  • 2004-2005 : Formation dirigeant d’un organisme de protection sociale, EN3S (43ème promotion)
  • 2009-2010 : Master of European Social Security, KU Leuven
  • 2000-2001 : Master RH et formation professionnelle, Neoma Business School
  • 1994-1995 : MBA Stratégie et Politiques de Défense, Ecole des Hautes Etude Internationales (HEI-HEP)
  • 1991-1994 : SciencesPo Lille
Parcours pro :
  • Depuis 2021 : Directrice, Caf du Morbihan
  • 2017-2021 : Directrice, Caf de l’Orne
  • 2016 : Directrice des politiques familiale et sociale, Cnaf
  • 2015-2016 : Secrétaire générale, Groupe Berri – CAVOM CIPAV IRCEC
  • 2011-2014 : Directrice adjointe, Caf d’Ile et Vilaine
  • 2005-2010 : Sous-directrice, Cpam d’Ile et Vilaine
  • 1998-2004 : Responsable RH – Formation, Cpam du Hainaut