Bertrand Moulin (55e promotion) : son parcours en agence régionale de santé

Bertrand Moulin est diplômé de la 55e promotion de la formation « Dirigeant d’un organisme de protection sociale » de l’EN3S. Il est sorti en 2017 et a rejoint pour son premier poste l’Agence régionale de santé (ARS) du Centre Val de Loire. Il revient pour nous sur ce choix et sur les parcours professionnels dans ce champ de la protection sociale.

Vous êtes sorti diplômé de l’EN3S en 2017 et vous avez rejoint l’agence régionale de santé du Centre Val de Loire en tant que délégué départemental. Pourquoi avoir fait le choix de partir en dehors de la Sécurité sociale ?

Effectivement l’ARS peut être perçue comme en marge de la Sécurité sociale mais au final nos missions sont bien complémentaires. Nous agissons avec l’Assurance maladie sur les déterminants de santé et la gestion du risque, nous accompagnons les centres hospitaliers et les professionnels de santé de façon complémentaire. Nous travaillons également autour de la question du grand âge et de la dépendance aux côtés de la Carsat et de la MSA. Enfin, nous sommes sur les missions autour de la question de l’insalubrité avec les Caf.

Avec ces éléments vous comprenez bien que je ne suis pas totalement en-dehors de la Sécurité sociale !

Toutefois, ce choix a été fait après mûre réflexion. Je ne me destinais pas du tout vers l’ARS à mon entrée à l’Ecole. L’Ecole m’a permis d’avoir l’esprit ouvert sur toutes les dimensions de la Sécu et de m’intéresser à tous les acteurs. C’est vraiment mon stage de direction qui m’a « entraîné » vers l’ARS. Le sujet de l’innovation organisationnelle en santé m’a poussé à franchir le pas pour le stage et m’a permis de connaître l’ARS, ses missions, son organisation et ses collaborateurs. Ensuite, l’opportunité de prendre la responsabilité de la délégation départementale et de toutes les missions qui vont avec m’a séduit.

L’Ecole ouvre donc à d’autres secteurs que la seule Sécurité sociale. Selon vous en quoi la formation dispensée à l’Ecole vous prépare et vous ouvre à d’autres champs plus larges au sein de la protection sociale ?

L’ARS est un acteur incontournable de la protection sociale et l’Ecole nous en fait prendre conscience dès le concours.

Les enseignements de l’Ecole nous font évoluer sur notre rapport au management et à l’animation d’équipes. Le travail d’un délégué départemental est bien d’animer une équipe de professionnels en département mais aussi d’animer un territoire avec des partenaires qui ont chacun leur contraintes, leurs objectifs et leurs moyens.

L’Ecole nous apporte des éléments pour manager, pour bien connaître les partenaires de la protection sociale mais aussi et surtout, elle nous apprend à apprendre vite, à être efficace rapidement et à nous situer avec la bonne posture.

Vous êtes actuellement délégué départemental. En quoi consiste votre activité ? Quelles sont vos missions ?

L’activité d’un délégué départemental est assez vaste dans la région Centre Val de Loire. Elle peut être différente selon les ARS.

Mon rôle est de manager la délégation territoriale et les 24 agents qui la composent pour mettre en pratique et adapter au département la politique de santé régionale.  Mon rôle est également de faire remonter au niveau régional les spécificités locales.

Tout cela peut se faire grâce aux relations que nous mettons en place au niveau départemental avec les différents partenaires.

J’ai donc un rôle de manager, de représentant de la Direction générale, d’animateur d’un réseau territorial.

Nous intervenons aussi bien à la fois dans les champs du sanitaire (tutelle sur les hôpitaux et l’organisation du système de soins) ou sur le médico-social (tutelle et financement des établissements pour personnes âgées ou handicapées) que sur le champ de la santé publique et de l’environnement (qualité de l’air, de l’eau, prévention et veille sanitaire).

Ainsi, je suis quotidiennement en contact avec les décideurs du conseil départemental, de la préfecture, des hôpitaux, des représentants des médecins, des infirmiers…

Vous avez été élève interne de l’Ecole, en poste auparavant dans un organisme de Sécurité sociale. Selon vous, quelles seraient les convergences ou divergences entre le monde des ARS et celui de la Sécurité sociale ?

La plus grande convergence est évidemment le rapport au service de l’usager. Chaque action menée par l’Agence régionale de santé, comme les organismes de Sécurité sociale, recherche bien l’intérêt du citoyen, de l’usager, du résident, du patient.

La question aussi de la bonne utilisation des moyens, de leur pertinence, de l’adaptation aux besoins est fondamentale.

Enfin, les besoins des agents sont les mêmes, ainsi l’importance du management est bien présente partout et cette culture que fournit l’Ecole est aussi utile en Agence régionale de santé qu’en organisme de Sécurité sociale.

Sa réponse aux candidats qui pensent que les perspectives pros après l’Ecole se limitent à la « seule » Sécurité sociale ?

Evidemment ils se trompent puisque les perspectives vont bien au-delà des organismes de Sécurité sociale.

Les services de l’Etat ou les agences peuvent aussi être de nouveaux mondes à explorer où les compétences acquises à l’Ecole peuvent être valorisées.

L’important est bien de garder l’esprit ouvert et de voir chaque nouveauté, chaque changement, chaque porte qui s’ouvre comme une opportunité. Se dire aussi qu’il ne faut pas rester sur des préjugés et que pour se faire une idée des choses, il faut les explorer.

Sa bio :

Parcours universitaire

Parcours pro

  • Missions pour le groupe SOS
  • Responsable de la communication au sein du cabinet du maire de Brétigny sur Orge
  • Attaché de direction à la Caf de l’Indre (2011-2017)
  • Délégué départemental de l’Agence régionale de santé du Centre-Val-de-Loire (Cher)