25 mars 2021

Marie Claire Mora (52e promotion) : directrice du Lab’RH de l’Ucanss


Marie-Claire Mora est sortie diplômée de la 52e promotion de l’EN3S en 2015. Elle nous présente les missions innovantes qu’elle a mené au sein de l’Ucanss quand elle était directrice du LabRH.

Vous avez dirigé le projet « Lab RH » au sein de l’Ucanss actuellement. Pouvez-vous nous dire ce qui vous a motivée à prendre en charge ce projet national ?

Je partageais le constat de départ du projet qui montre que nous sommes confrontés à des évolutions fortes en matière de ressources humaines :

  • Les ressources sont de plus en plus contraintes et il devient impératif de recruter intelligemment, de motiver ensuite les collaborateurs à s’investir pleinement dans leur poste et qu’ils puissent se sentir bien dans leur environnement de travail ;
  • Une nouvelle génération arrive sur le marché du travail, elle va vite et attend un retour de son employeur en termes de qualité de vie au travail ;
  • Les salariés attendent un changement de posture de la part des managers (de tous les managers : direction, stratégiques, opérationnels) pour un management bienveillant qui tient compte des potentiels de chacun.

Je suis convaincue que l’Institution est capable de vivre intelligemment le virage attendu par les salariés, par les usagers et par notre tutelle. Les managers en sont le point d’ancrage car ils donnent la ligne directrice à prendre et sont les chefs d’orchestre des actions, projets et décisions mises en œuvre.

Je suis convaincue qu’il y a beaucoup de belles choses à réaliser dans notre Institution. Avec beaucoup de bon sens, et en étant à l’écoute de chacun, on peut trouver des outils concrets, adaptés aux besoins du terrain qui sont un point d’appui à cette transformation managériale.

Je suis aussi quelqu’un qui tient à ses valeurs (solidarité, honnêteté, respect, notamment) et qui croit en l’humain et sa capacité à innover, à inventer, à créer les conditions de la réussite dans chaque organisme. Cela demande de la volonté, du courage et de l’exemplarité des managers qui sont au cœur de la réussite d’une telle ambition.

Je crois que le LabRH permet tout ça : il donne un cadre national, avec une équipe pluridisciplinaire et interbranches et propose à des organismes locaux des méthodes créatives leur permettant de tester de nouvelles formes de management.

C’est cela qui m’a motivée dans ce projet : travailler sur un projet national interbranches, qui a pour ambition de créer une dynamique de transformation managériale forte, en partant de problématiques terrain et concrètes. On fait petit à petit mais on transforme en profondeur. On ne fait pas une vitrine, on travaille le fond.

Ce projet a été lancé en 2017, pouvez-vous nous présenter en quoi il consiste ? Quelles actions ont pu être déployées après votre arrivée ?

Le Lab’RH est la volonté des caisses nationales à accompagner des organismes de Sécurité sociale dans leur transformation managériale.

Concrètement, c’est de proposer aux organismes de faire des ressources humaines autrement, avec des méthodes créatives, ludiques et motivantes.

En 2018, on a lancé les travaux du Lab’RH. On engageait la démarche de manière modeste en travaillant sur une thématique : les nouvelles modalités d’évaluation des collaborateurs. C’est une démarche pragmatique qui s’est matérialisée, par un appel à projets. 24 organismes se sont portés candidats, et un comité de sélection (représenté par des agents d’organismes de Sécurité sociale) a déterminé les 4 organismes qui allaient être accompagnés, tout au long de l’année 2018 par un binôme de l’équipe du Lab’RH.

C’est donc la Cpam de la Manche, la DRSM Pays de la Loire, la Cpam du Calvados et la Cnav qui ont participées à l’expérimentation 2018 !

Ce projet est un véritable partenariat entre les caisses nationales (qui composent, avec l’Ucanss, l’équipe pluridisciplinaire du Lab’RH) et les organismes locaux, dans une approche très différente de celle proposée habituellement : on capitalise sur les ressources et les capacités d’innovation « terrain » en comptant sur le principe que « les bonnes idées ne viennent pas de Paris ! »

Comment se passe le travail avec les organismes partenaires ? Quels étaient les objectifs à termes avec eux ?

Comme je l’indiquais ci-dessus, ce projet ne peut fonctionner que si le partenariat avec les caisses nationales fonctionne. C’est dans ce sens que l’équipe du Lab’ a été créée, avec des représentants de chaque branche, aux profils et compétences variés. Nous nous réunissions régulièrement pour travailler sur l’offre de services du Lab’ mais surtout, nous nous regroupions en plusieurs binômes pour accompagner les 4 organismes !

Concernant les organismes locaux, notre accompagnement consistait à les aider à prototyper leur projet, à créer ou trouver les outils utiles à la mise en œuvre, à le déployer auprès d’un échantillon de collaborateur, puis à tirer un bilan de cette première expérimentation.

Lab RH UcanssConcrètement, nous avons organisé un Hackathon de 2 jours avec les 4 organismes sélectionnés. Objectif : sortir de cette séance créative avec un projet à tester dans leur organisme.

Chacun a ensuite eu du temps pour co-construire avec les utilisateurs internes les outils qui allaient être testés : grille d’autoévaluation, support pour réaliser des temps d’échanges individuels (sur les objectifs et/ou les compétences), tableau de management visuel pour les échanges collectifs (fixation d’objectifs, suivi de l’activité, etc.).

La finalité n’est pas tant l’outil créé mais plutôt la manière dont il est construit et « apprivoisé » par les managers et collaborateurs. C’est un formidable moyen pour faire changer les postures et participer à la transformation managériale d’une organisation.

Ensuite, un temps de bilan a été prévu, pour permettre aux organismes de réfléchir à une éventuelle généralisation du projet dans leur organisme. L’idée n’est pas d’en faire un produit « labellisable » car chaque contexte engendre un besoin spécifique. Par ailleurs, ce bilan est aussi le moment de voir ce qui a fonctionné, ou pas. En effet, un des points fondamentaux de nos travaux est celui du droit à l’erreur. On expérimente donc on peut arriver à la conclusion qu’il faut tout simplement faire autrement sur tel ou tel point. On ne vise pas le parfait immédiatement !

Quelles sont les perspectives pour le Lab’RH sur les prochains mois (2018) ?

Il y a d’abord, comme je viens de l’indiquer, un temps de bilan de la première expérimentation (en décembre 2018), bilan qui sera complété par une recherche-action en 2019 sur ce thème.

Par ailleurs, on travaille déjà avec les caisses nationales à réfléchir au thème qui pourrait faire l’objet d’un appel à projet en 2019 ! celui-ci devrait être proposé en février 2019… A suivre !

Ensuite, comme je l’ai indiqué ci-dessus, on aimerait pouvoir cartographier toutes les bonnes idées et les innovations en termes de RH, de management et les partager entre tous les organismes. Pour cela, on réfléchit à créer une plateforme dédiée, à l’instar de ce qui existe sur le développement durable !

Enfin, ce projet est tout récent et se construit petit à petit. Aussi, le Lab’RH a vocation à être un lieu de partage , de catalyseur et d’accélérateur de la transformation managériale, d’autres événements pourraient voir le jour courant de l’année 2019 !

Sa Bio

Parcours universitaire
  • 2013-2014 : Formation « Dirigeant d’un organisme de protection sociale » à l’EN3S
  • 2004-2005 : Master II Sciences des organisations – option marketing et entrepreneuriat, IMUS
  • 2003-2004 : Master of Business Administration – MBA, Seinäjoki Business School (Finlande)
Parcours pro
  • 2020 : Directrice de mission innovation, Cnaf
  • 2018-2020 : Directrice LabRH Sécurité sociale, Ucanss
  • 2016-2018 : Directeur financier, Caf de la Savoie
  • 2014-2017 : Directeur adjoint, Cpam du Doubs
  • 2008-2014 : Responsable du pôle Santé, Cpam du Jura
  • 2006-2008 : Manager, Cpam Belfort
  • 2004-2006 : Responsable Marketing et commercial, RET