Rodrigue Lopez (56e promotion) : Retour sur ses premiers mois en poste.

Rodrigue Lopez est sorti diplômé de l’EN3s en 2018. Il revient pour nous sur ses premiers mois de prise de poste et apporte son témoignage d’ancien élève externe de l’Ecole.

Vous êtes sortie de l’EN3S en 2018 pour rejoindre la Caf du Rhône en tant que responsable de site au sein de la sous-direction prestations. Pouvez-vous revenir vers nous sur les premiers mois de votre prise de poste ?

Ces premiers mois ont d’abord été l’occasion de déterminer ce que l’on attendait de moi : ma hiérarchie, mes homologues responsables de service et (et je dirais surtout) mes collaborateurs. Ce n’est pas évident de créer des automatismes, de savoir ce que l’on peut partager en toute confiance, pour eux comme pour moi.

En effet, auparavant il y avait un directeur qui occupait parmi ses missions la fonction que j’incarne désormais. Je pense qu’il est important de ne pas oublier lors de sa prise de poste que l’on n’arrive jamais sur une page blanche. Il y a encore 7 ans on parlait de la Caf de Villefranche, et non d’un “simple” site. Prendre la mesure de tout cela prend du temps.

Ensuite, il m’a fallu potasser de nouveau la législation qui s’applique en branche famille. Quand on répond d’un service chargé des prestations familiales, je crois qu’on ne peut pas en faire l’impasse.

Enfin, j’essaie au mieux de jongler avec mes différentes casquettes au quotidien : le management du service de production et de l’accueil du public, le pilotage du processus réclamation, la gestion du site… J’ai toujours peur de négliger un sujet pour un autre, mais c’est ce qui fait toute la richesse du poste.

Quel a été votre parcours pour la construction de votre projet pro lors de la scolarité ? Pourquoi avoir fait le choix de partir sur ce poste ?

Mon projet a beaucoup changé au cours de la scolarité. Il y a encore quelques mois je n’arrivais pas à dire si c’était la branche maladie ou la branche famille qui avait ma préférence.

Je crois que le seul fil rouge de ma construction professionnelle pendant ces 18 mois c’était de manager. Et le moins qu’on puisse dire c’est que je n’y ai pas renoncé en faisant le choix du poste que j’occupe actuellement. J’ai 6 collaborateurs directs et suis en charge d’une équipe de 35 personnes en tout.

Par ailleurs, mon stage de direction portait sur la stratégie territoriale de la Cpam de Loire-Atlantique. Cette réflexion sur l’échelon idéal de la relation à l’assuré m’a beaucoup marqué. Ce choix d’être le responsable d’une structure décentralisée de son siège était un peu pour moi une façon de passer à la pratique après la théorie.

Quelles difficultés avez-vous pu rencontrer pour la montée en charge sur votre poste ? Comment les avez-vous surmontées ?

Les difficultés viennent souvent d’une expertise métier non totale que l’on peut avoir dans le secteur professionnel que l’on rejoint à la sortie de l’École quand on a été élève externe. Comme je l’ai dit, une mise à niveau sur la législation me paraissait absolument nécessaire pour être totalement au fait des questions ayant attrait à mon secteur d’activité.

A part ça, on n’en parle peut-être que peu ou de manière anecdotique mais il y a une vraie barrière du langage lorsqu’on arrive en production. Il a fallut donc se familiariser avec le vocabulaire, les sigles et autres abréviations.

Et puis, il y a les outils qu’utilisent au quotidien les techniciens et qu’il faut appréhender un minimum si l’on veut comprendre ce qu’implique toute nouvelle consigne ou tout nouvel objectif.

En quoi la dernière phase de la scolarité dédiée à la prise de poste vous a préparé à une opérationnalité rapide dès votre arrivée en organisme ?

La dernière phase était axée branche famille. Elle a permis d’avoir un éclairage sur le sens des chantiers à venir dans le réseau, notamment avec l’immersion de plusieurs jours à la Cnaf. Cette phase a également été l’occasion de prendre des notes sur le “comment”, la manière qu’ont adoptée nos collègues d’autres caisses pour exercer les activités qui seront dans quelques semaines les nôtres. Cela constitue autant de repères une fois en poste.

Sa Bio

Parcours universitaire :

  • Master droit et gouvernance du secteur sanitaire et social et Préparation aux concours administratifs (IPAG de Rennes)
  • Maîtrise droit des personnes vulnérables (UBO Brest)
  • Double licence droit et langues, juriste trilingue d’affaires (Université de Grenoble)
  • Formation « dirigeant d’un organisme de protection sociale »

Parcours pro avant l’Ecole :

  • Plongeur saisonnier, Belambra
  • Manutentionnaire saisonnier, Voirie de St-Egrève

Sa photo symbole pour sa prise de poste

J’ai joins la pochette de l’album « animals » des pink floyd. Externe, sortant de l’Ecole pour un poste de responsable de production en Caf, je pense ressembler un peu au cochon qui vole vers l’usine. Dans les premiers moments de la prise de fonction, il y a encore beaucoup de hauteur de vue, la théorie managériale et les grands axes stratégiques de COG sont encore bien en tête…. mais c’est sans oublier qu’on se dirige droit vers une activité beaucoup plus concrète, quasi industrielle. Bien sûr, nos organismes n’ont rien à voir avec des usines notamment en termes de conditions de travail.
Il est possible quand même de détonner dans ce nouveau décor, un peu à l’instar de « l’animal » sur cette pochette.